Maîtresse de tous les maux : La Belle au Bois Dormant version Maléfique

Publié par Magali Milanini le 8 mai 2019 | Maj le 8 mai 2019

Radio Disney Club a eu la chance de découvrir en avant-première Maîtresse de tous les maux, nouvel opus de la série Villains, publiée aux éditions Hachette Heroes. Nous vous dévoilons donc aujourd’hui notre avis sur cette version de La Belle au Bois Dormant, contée par sa méchante, Maléfique

Caractéristiques de Maîtresse de tous les maux

  • Titre original : Mistress of All Evil
  • Titre français : Maîtresse de tous les maux
  • Auteur : Serena Valentino
  • Éditions : Hachette Heroes
  • Prix : 14,95 €
  • Date de parution : 9 mai 2019

Résumé de Maîtresse de tous les maux

L’histoire de la Fée noire

Nous connaissons tous cette histoire : une belle jeune fille rencontre un beau prince. Mais la demoiselle apprend qu’elle a été maudite par une Fée noire, la condamnant à sombre dans un sommeil éternel. Malgré la protection de trois bonnes fées, la malédiction se réalise. Mais le bien triomphe du mal : le prince défait le dragon cracheur de feu, et réveille la princesse grâce à son baiser d’amour véritable.

Pourtant, ce n’est que la moitié de l’histoire : qu’en est-il de la Fée noire, Maléfique ? Pourquoi maudit-elle cette princesse innocente ? Bien des récits ont tenté d’expliquer ses motivations. Voici l’une de ces histoires, un conte ancestral où l’amour et la trahison côtoient la magie et les rêves.

Voici l’histoire de la maîtresse de tous les maux.

Une couverture magnifique

On nous le répète depuis l’enfance : « Ne jugez pas un livre à sa couverture. » Mais il est difficile de ne pas être ébloui par la magnifique couverture de Maîtresse de tous les maux et nous ne pouvions donc pas ne pas en parler.

Ce qui saute aux yeux lorsque l’on prend le livre en main, c’est la couleur verte, très prédominante. Correspondant au teint de Maléfique mais également à la couleur des flammes qu’elle est capable de produire, le vert est donc présent comme une évidence sur la couverture. La tranche rend honneur au rose, couleur que l’on peut voir sur le bas de la robe de Maléfique dans le dessin-animé. La quatrième de couverture est principalement noire, le noir restant la couleur prépondérante du costume de la Fée noire…

Revenons sur la couverture, celle qui attire le regard et impose immédiatement son style. Bien évidemment, nous y retrouvons Maléfique. A notre gauche, nous la découvrons sous sa forme « humaine », le visage à moitié caché. Cette Maléfique, dessinée par Phil Dragash, est d’une finesse extraordinaire. On pourrait à s’y méprendre penser regarder un portrait ! Derrière elle, plus au centre de la photo, nous la retrouvons sous sa forme de dragon, gueule ouverte, prêt à cracher ses flammes vertes, qui constituent d’ailleurs l’arrière plan de la couverture…

Maîtresse de tous les maux

Une nouvelle vision de la Belle au Bois Dormant

Dans Maîtresse de tous les maux, nous nous situons à la fin du dessin-animé de La Belle au Bois Dormant. Maléfique a réussi à mettre sa malédiction à exécution et Aurore est tombée dans un profond sommeil. Mais la Fée noire est consciente que son sortilège a un défaut et part chercher le moyen d’y remédier.

Contrairement au film live-action Maléfique, avec Angelina Jolie, Maîtresse de tous les maux ne modifie pas le déroulé du conte. Le but du livre n’est pas de réhabiliter Maléfique et de changer la fin de l’histoire mais d’essayer de comprendre comment cette femme a pu en arriver là.  C’est ce qui est intéressant avec Maîtresse de tous les maux. Nous découvrons la fin de La Belle au Bois Dormant du point de vue de Maléfique, mais également de la Princesse Aurore, tombée dans son profond sommeil.

Le livre ne réhabilite effectivement pas Maléfique mais il nous rend davantage compatissant envers la sorcière, dont le passé a été très compliqué. Nous rentrons au cœur de l’histoire de Maléfique, totalement différente du film live-action ici aussi. Une histoire d’ailleurs éminemment ancrée dans notre temps par les sujets qu’elle traite, comme la différence et le harcèlement. Son histoire commence dès sa plus jeune enfance, jusqu’à ce qu’elle maudisse la Princesse Aurore. Dans le dessin-animé, Maléfique apparaît comme un personnage sans cœur, nous comprenons ici pourquoi. Elle enfouit ses sentiments au plus profond d’elle-même pour se protéger de ce passé où elle a tant souffert.

Un univers commun aux contes de fée Disney

Maîtresse de tous les maux change constamment de narrateur, sans jamais nous perdre une seule fois. Nous alternons ainsi entre :

  • Maléfique, la protagoniste de notre histoire,
  • Aurore, la belle princesse endormie qui arpente la magie du monde des rêves,
  • Et d’autres personnages dont Blanche Neige, la reine Grimhilde ou encore d’autres fées de cet univers partagé.

Car oui, au-delà de cette reprise de La Belle au Bois Dormant, se dévoile en fil rouge un univers partagé. Tous les contes de fée se déroulent dans le même monde, mais pas forcément au même moment. Par exemple, au moment où Aurore s’endort, Blanche Neige est déjà une femme d’un âge avancé.

Si l’on peut penser à la série télévisée Once Upon a Time de part la présence d’un univers commun aux contes de fée, la comparaison avec Maîtresse de tous les maux s’arrêtera là. En effet, le monde développé par la collection Villains est complètement différent.

Le monde central de cet univers commun, c’est celui des fées/sorcières, selon le point de vue que nous prenons. Les méchantes Disney des opus précédents comme Grimhilde et Ursula sont effectivement des Sorcières et sont toutes liées. Il faut d’ailleurs penser que Maîtresse de tous les maux est le 4ème tome de la série Villains. Si la lecture des deux premiers opus ne nous semble pas indispensable, les liens avec le livre précédent, Pauvre âme en perdition, dédié à Ursula, sont très importants et vous risquez d’être spoilés de nombreux évènements de l’histoire si vous lisez le livre de Maléfique avant.

Pour ne pas trop en dévoiler sur le contenu de cet univers commun totalement inédit, nous n’en parlerons que brièvement. Nous avons beaucoup apprécié le côté inédit de ce fil-rouge, car il est extrêmement présent. Les nouveaux personnages sont toutes des fées ou des sorcières, se connaissent entre elles et sont liées entre elles, nous offrant du contenu surprenant et nouveau.

Une écriture fluide et entraînante

La force d’écriture de Serena Valentino est sa fluidité. Les phrases sont courtes et se succèdent sans accroc. L’équilibre est trouvé entre les dialogues et les phases de narration, donnant un rythme entraînant au livre. Nous vous parlions d’ailleurs des changements de narration, ils se font à chaque nouveau chapitre. Et les chapitres ne sont pas très longs, augmentant encore la sensation entraînante que nous ressentant à la lecture du livre. Les pages se tournent avec facilité et nous suivons avidement les aventures des Sorcières et des Fées.

La conclusion du livre nous convainc que nous devons absolument en savoir plus. Le sixième tome de la série des Villains, qui sortira en novembre 2019, sera consacré aux Étranges Sœurs, ces Fées qui appartiennent à l’univers créé par l’auteure. Ce sont elles les véritables protagonistes de l’histoire, celles qui tissent dans l’ombre le destin des méchants Disney. Le dernier tome des Villains sera donc un livre totalement inédit. Sans reprendre aucun conte connu de la filmographie Disney, il nous permettra de mettre un point final sur l’univers partagé créé par Serena Valentino et les terribles Étranges Sœurs. Et nous avons hâte de le découvrir…

Maîtresse de tous les maux : La Belle au Bois Dormant version Maléfique
4 (80%) 3 vote[s]
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *