Brad Bird et l’héritage des Nine Old Men

Publié par Séverine Jacquard le 26 janvier 2019 | Maj le 26 janvier 2019

Pour les chanceux qui se rendraient à San Francisco durant les prochaines vacances d’été, nous vous conseillons fortement de vous rendre au Walt Disney Family Museum. Cofondé par la fille et le petit fils du grand Walt, ce musée permet de se plonger dans l’histoire de l’homme qui a su transformer l’industrie du cinéma pour y instaurer une pointe d’innovation et de… magie. Ce musée propose régulièrement des expositions sur les grands thèmes qui ont marqué l’histoire de studios Disney. La dernière en date, qui s’est terminée le 7 janvier dernier, retraçait l’histoire et le parcours de ceux que Walt lui-même surnommait les Nine Old Men (les neufs sages), en référence aux neufs juges de la cour suprême des États-Unis. Ces neufs animateurs de légende constituaient le noyau central des studios Disney à leurs débuts. Ils ont tous atteint le statut de Disney legend, un statut créé par la Walt Disney Company pour récompenser les hommes et les femmes ayant participé de façon émérite au développement et à la création de l’entreprise. Bon nombre de jeunes animateurs auraient rêvé de rencontrer et de travailler aux côtés de telles légendes de l’animation, et il s’avère que ce fut le cas pour un jeune animateur, aujourd’hui bien connu du grand public : Brad Bird. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une visite de l’exposition Walt Disney’s Nine Old Men: Masters of Animation que le célèbre réalisateur a pu évoquer sa première rencontre ainsi que ses débuts avec certains de ces génies de l’animation. On vous raconte tout par ici.

Brad Bird : un jeune homme très prometteur

Les nine old men

Au cours d’une interview menée par Cristina Sanza pour Inside the magic, Brad Bird a évoqué sa toute première rencontre avec les Disney Legends alors qu’il avait tout juste… 11 ans. Avant de travailler pour les studios Disney, le jeune Brad Bird a décidé de se lancer dans l’animation alors qu’il n’était qu’un tout jeune adolescent, après la visualisation du long-métrage Le Livre de la Jungle. Suite à cela, il s‘est lancé dans la réalisation d’un film d’animation. Voyant son enthousiasme, ses parents se sont alors rappelés qu’ils avaient parmi leurs connaissances un dénommé Georges Bruns, un compositeur ayant travaillé longuement avec Disney (on lui doit entre autre la célèbre chanson Yo Ho – A Pirate’s Life for Me, qui résonne dans l’attraction Pirates des Caraïbes). Georges s’est donc déplacé pour répondre aux milliers de questions du jeune garçon autour des studios et de l’animation en général :

« Je l’ai juste harcelé pendant probablement trois heures d’affilée avec des questions sur Disney et le monde de l’animation. Il a été très doux et indulgent et a répondu à toutes mes questions.» Brad Bird

Face à ce jeune homme si enthousiaste, le compositeur lui propose de se déplacer jusqu’à Los Angeles afin de lui faire visiter les studios et de lui présenter quelques membres de l’équipe d’animation. C’est à cette occasion que Brad va rencontrer deux monstres dans leur domaine : Franck Thomas et Ollie Johnstonn, les deux grands amis qui ont travaillé sur Bambi, Pinocchio ou La Belle et le Clochard, entre autres chefs-d’œuvre. Le jeune Brad Bird va alors leur expliquer sa passion pour l’animation et sa future vocation.

« Ils m’ont souri avec bienveillance mais d’un regard entendu. Je me souviens encore de leurs visages. C’était une façon de me dire « Mais oui gamin, tu verras, tu perdras tout intérêt pour ça dans deux semaines et on ne te reverra jamais par ici. »  C’était ce genre de sourire patient mais lucide, qui voulait dire « Oui, oui c’est bien beau tout ça. » Je pense qu’ils ont été surpris lorsque, trois ans plus tard, je leur ai envoyé un film d’animation de 15 minutes. » Brad Bird

A 14 ans, sur les conseils de ses parents, il envoie son film aux meilleurs dans leurs domaines, les studios Disney, tout en se disant que si le film ne trouvait aucun écho, il pourrait toujours l’envoyer à d’autres studios. Mais contre toute attente, Disney ne l’a absolument pas rejeté, ils ont même été impressionnés par le talent du jeune garçon et ont décidé de lui donner sa chance. C’est là que débutera la formation du jeune Brad Bird.

Sous la tutelle des plus grands

Le Walt Disney Family Museum

Lors de son interview, Bird rappelle une réalité qui était effective dans les années 60-70 aux studios Disney. Il n’existait pas, à l’époque, de réelle formation pour les jeunes animateurs pour la simple et bonne raison que la demande n’était pas forte. Les équipes étaient en place depuis longtemps et ne voyaient pas le besoin d’être secondées ou remplacées un jour. Lorsque Brad Bird est repéré par les studios, l’équipe d’animation commençait seulement à ressentir la nécessité de se renouveler et donc de former de nouveaux animateurs, comme il l’explique lui-même :

« Une fois tous les animateurs formés dans les années 30, les studios avaient suffisamment de personne pour répondre à leurs besoins en terme d’animation. D’ailleurs, ce département dédié à l’animation avait diminué au fil du temps, en particulier après les années 50. Ils n’ont donc jamais eu besoin de recruter de nouveaux talents […] Mais ils ont été pris de court lorsque leurs derniers films sont devenus de véritables succès, ils ont alors réalisé que personne, à part eux, n’était formé à l’animation selon Disney. Il n’y aurait donc eu personne pour les remplacer. »

C’est pour cela que le réalisateur des Indestructibles n’a pas bénéficié d’un tutorat ou d’une formation « officielle », selon ses dires. Il a été placé sous la tutelle de celui qui était considéré comme le meilleur animateur de l’époque, Milt Kahl. Les studios pensaient alors qu’il s’agissait là de la meilleure façon pour former un animateur en devenir, mais par la suite, il s’est avéré que Milt, malgré son talent indéniable, n’était peut-être pas suffisamment dans l’échange pour mener à bien la formation d’un jeune animateur. Comme le dit Brad Bird lui-même, il avait tendance à être très critique et franc dans ce qu’il attendait du jeune homme. Brad Bird n’a pas semblé perturbé par cela, au contraire, il affirme avoir eu le tempérament nécessaire pour pouvoir prendre à son compte les remarques de Kahl, sans pour autant baisser les bras.

« Heureusement, j’avais le genre de personnalité qui collait parfaitement avec celle de Milt et il ne m’intimidait pas forcément, contrairement à certaines personnes. Il a été très encourageant, même s’il se montrait souvent très critique. Il avait un tempérament que je pouvais facilement gérer parce que dans ma famille aussi, les gens partageaient tous un certain franc-parler. Nous étions bruyants et tapageurs lors des repas, un peu comme la famille Parr dans la fameuse scène des Indestructibles 2. Tout le monde parlait en même temps et partageait son opinion ou ce qu’il ressentait. Donc pour moi, le fait que Milt soit franc dans ses critiques ne m’a jamais fait trembler ou quoi que ce soit de ce genre. Mais il a apparemment effrayé beaucoup de jeunes. Pour une raison que j’ignore, j’avais le genre de tempérament qui lui convenait parfaitement et j’ai beaucoup appris de lui. »

Et quand on lui demande s’il a retenu un conseil, une leçon particulière auprès de ce grand monsieur qu’était Milt Kahl, Brad Bird répond que pour lui, bien que Milt ait été un dessinateur de génie et incroyablement doué, ce n’était pas la réalisation des dessins qu’il préférait mais bien le fait de pouvoir incarner plusieurs personnages et d’être un vrai cartooniste, une chose que seule l’animation peut apporter.

Nine Old Mentors: Brad Bird’s Reflections

Brad Bird

Brad Bird lors de son discours – photo du site Inside the magic

Après cette interview, Brad Bird a prononcé quelques mots dans un discours lu à l’occasion de cette fameuse exposition au Walt Disney Family Museum. Dans ce dernier, il a bien évidemment parlé de l’importance des neufs sages au sein des studios, mais il a également souhaité aborder le travail d’autres animateurs, qui ont précédé les Nine Old Men et dont le travail a également eu une importance considérable dans l’art des studios. Juste avant de monter sur scène pour prononcer son discours, Brad Bird a expliqué :

« Comme d’autres animateurs ont parlé des Nine Old Men au cours de cette exposition, mon exposé, lui, mettra également en vedette quatre autres animateurs qui ont été à bien des égards les mentors des neufs sages et qui ont joué un rôle déterminant dans l’animation de Disney »

D’après le site du Walt Disney Family Museum, le discours de Bird a également évoqué comment l’impact des neufs sages a grandement influencé sa carrière en tant qu’animateur et comment leurs leçons lui servent encore dans chacune de ses réalisations. Si vous voulez en apprendre plus sur cette fascinante exposition ainsi que sur l’intervention de Brad Bird, nous vous invitons à vous rendre sur le site internet du Walt Disney Family Museum.

Brad Bird et l’héritage des Nine Old Men
5 (100%) 2 vote[s]
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *