Coulisses du Roi Lion : comment Jon Favreau a revisité le classique ?

Publié par Séverine Jacquard le 3 juillet 2019 | Maj le 3 juillet 2019

Jon Favreau, le réalisateur des deux premiers Iron Man, ainsi que du live-action Le Livre de la Jungle, est ce que l’on peut appeler un homme chanceux. Après avoir été le premier à sillonner la jungle aux côtés de Baloo et de Bagheera, voilà qu’il est désormais le premier à pouvoir se vanter d’avoir visité le célèbre Rocher de la Fierté de la Terre des lions, plus connu sous le nom de Pride Rock. En effet, après avoir mis à jour une nouvelle interprétation du classique de Rudyard Kipling en 2016, le réalisateur de renom s’attache désormais à réinterpréter le 32ème classique d’animation des studios Disney : Le Roi Lion. La sortie étant prévue le 17 juillet prochain, on vous en dit un peu plus sur les coulisses du Roi Lion qui, comme nous allons le voir, peut à bien des égards être qualifié de film hybride.

Le Roi Lion : entre tradition et modernité

Si vous demandez à un enfant des nineties quel est sont Disney préféré, il y a de grandes chances pour qu’il vous réponde Le Roi Lion. Le film, sorti en 1994 et perçu à l’époque par les dirigeants des studios comme étant un film de second plan (derrière Pocahontas), est en réalité devenu très rapidement un succès phénoménal. Il a d’ailleurs été nommé pendant 19 ans comme étant le plus gros succès d’animation de tous les temps, jusqu’à la sortie de La Reine des Neiges. Une véritable référence culte donc pour tous les fans (et les non fans) Disney, et ça Jon Favreau l’a bien compris.

Extrait de la bande annonce du Roi Lion

En effet, d’après Kelly Lin, journaliste pour le site Oh My Disney, qui a eu la chance d’interviewer Jon Favreau à ce sujet, celui-ci révèle que lui et son équipe ont tenu à conserver l’esprit ainsi qu’une grande partie de l’histoire d’origine, en raison de la forte résonnance que celle-ci peut avoir chez les spectateurs.

Cependant, il ne cache pas non plus le fait que certains éléments ont été revus et adaptés, afin d’être plus en accord avec les attentes du public actuel et pour inscrire le film dans son temps. D’ailleurs, l’une des nouveautés qu’il a souhaitées insuffler dans cette production passe par le choix du casting vocal. En effet, c’est par exemple la chanteuse et actrice Beyoncé qui interprétera le rôle de Nala. Après avoir eu de nombreuses interprètes, via le film d’animation mais aussi via la comédie musicale du Roi Lion, le personnage de Nala devrait donc revenir sur grand écran avec la voix d’une célébrité mondialement connue, y compris parmi les spectateurs les plus jeunes.

Le Roi Lion

Beyoncé est Nala

D’autres petits nouveaux s’ajoutent à ce casting, parmi lesquels l’acteur et compositeur Donald Glover (remarqué notamment dans Solo : A Star Wars Story) qui, lui, prêtera sa voix à Simba. Ces deux jeunes artistes seront également rejoints par James Earl Jones, qui possède la voix originale, si particulière et touchante de Mufasa.

On peut dire que Favreau a parfaitement réussi à allier la tradition et la modernité pour son adaptation de l’histoire de la vie. Il dit d’ailleurs à ce sujet, au cours de son interview pour Oh My Disney :

« Nous avons d’un côté Donald (Glover), qui est un artiste très actuel […] et d’un autre James Earl Jones qui apporte avec lui la part de tradition nécessaire à ce film. Sa voix a beaucoup de caractère et elle est étroitement liée au personnage de Mufasa. Avoir leurs deux prestations, c’est comme si nous avions un pied dans le futur et un pied dans le passé. Je pense d’ailleurs que c’est cela que cette histoire veut nous transmettre. »

Les coulisses du Roi Lion : entre les prises de vues réelles et l’image de synthèse

C’est la question qui fait débat sur les réseaux sociaux : mais alors, ce film est-il un live-action ou un film en images de synthèse ? En effet, il faut savoir que, tout comme le film Le Livre de la Jungle de 2016, les animaux représentés à l’écran ne seront pas des animaux réels, filmés dans des situations et des lieux existants, mais bien des représentations créées par images de synthèse. Les techniques utilisées par Favreau et son équipe dans les coulisses du Roi Lion permettent ainsi de combiner habilement les représentations de vrais animaux avec les performances vocales des acteurs, dans le but de rendre l’expérience beaucoup plus immersive.

Ainsi, les concepteurs des personnages se sont inspirés d’images de vrais lions, récoltées depuis le parc Animal Kingdom, en Floride, mais ils n’en ont pas réellement filmés. Ils les ont créés par ordinateur et cela dans le but de coller au plus près des personnages du film d’origine. Et pour ajouter à cela, la prestation des acteurs qui doublent les personnages a été très importante et a participé à rendre les personnages attachants et fidèles à l’image que le public pouvait se faire d’eux. Jon Favreau explique d’ailleurs que pour les besoins du film, les acteurs devaient jouer dans une salle insonorisée, pourvue de microphones pour enregistrer les sons, mais aussi d’une caméra vidéo pour observer et étudier leurs réactions en direct et les insuffler aux personnages.

Mufasa et Simba

Cependant, il est à noter que le film n’utilise pas de performance capture : les acteurs ont servi d’inspiration uniquement par leurs voix, leurs intonations et leur façon de communiquer, mais pas dans leurs expressions ou leurs mouvements. Malgré tout, les acteurs jouaient ensemble lors des scènes collectives, comme pour un film en prises de vues réelles, afin de favoriser l’improvisation et de rendre l’expérience beaucoup plus réaliste.

 

Jon Favreau explique que :

« Il est important de voir quand les acteurs se regardent dans les yeux, mais également quand ils se coupent brusquement la parole ou quand ils improvisent par rapport au dialogue original. »

Cela permet de combiner l’image et le son de façon totalement immersive. Il est à souligner que cette technique a déjà été utilisée par Favreau dans le remake du Livre de la Jungle mais cette fois-ci, elle est étendue à l’ensemble des personnages, le héros n’étant plus un acteur réel, comme l’était Mowgli. La technique est d’ailleurs la même pour les lieux, qui sont en grande partie retouchés numériquement, afin de correspondre au style et à l’ambiance du film d’animation de 1992.

Un véritable voyage en Afrique

L’équipe de tournage s’est cependant rendue en Afrique, afin d’en rapporter des images et des impressions, qui ont été essentielles pour inscrire le film dans la réalité. Pour avoir un rendu proche de celui du dessin animé, il était ensuite nécessaire de retoucher numériquement ces prises de vues réelles. Cela a laissé à l’équipe une grande liberté puisque, tout comme dans un dessin-animé, ils ont pu créer les décors tels qu’ils le souhaitaient, en s’attachant à de petits détails comme la façon dont l’eau bouge, ou la façon dont le vent souffle sur l’herbe, pour créer des images réalistes vraiment magnifiques et saisissantes.

Ainsi, on peut conclure que ce film n’est pas ce qu’on pourrait appeler un live-action, puisqu’il n’inclut pas de prises de vues réelles. Il s’agirait plutôt d’un film en images de synthèse, même si le résultat est hyperréaliste, avec des lions plus vrais que nature. Jon Favreau émet d’ailleurs ce souhait :

« Nous espérons que le public aura l’impression de regarder autre chose qu’une production en images de synthèse, qu’il aura l’impression d’assister à quelque chose d’aussi réaliste sur le plan émotionnel que s’il voyait de vrais lions en action. »

En tout cas, après ce tour dans les coulisses du Roi Lion, nous avons hâte d’arriver au 17 juillet pour en juger par nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *