Walt Disney Company : comment devenir un empire du visuel ?

Publié par Magali Milanini le 2 août 2020 | Maj le 2 août 2020

En un siècle, la Walt Disney Company a réussi à devenir un véritable empire planétaire. Des films de renommée mondiale, une image forte destinée à toutes les couches sociales ainsi qu’à tous les âges, ainsi qu’une stratégie économique puissante assurent son succès et sa longévité. Dès que nous entendons « Disney« , cela nous ramène à nos souvenirs d’enfance, par les nombreux dessins animés que nous avons vus et revus et les incontournables chansons qui les accompagnent. L’entreprise Disney, géante de l’industrie du cinéma et du divertissement, continue année après année sa fulgurante ascension.

Disney n’est pas seulement une marque, c’est une émotion. Créée en 1923 par Walt Disney, la société américaine n’en finit pas de créer des animations à succès et de développer son influence dans des domaines toujours plus variés : cinéma, produits dérivés, parcs à thèmes, médias de télévision et de radio, jeux vidéo, etc.

Aujourd’hui, la Walt Disney Company est largement considérée comme l’une des entreprises les plus puissantes du monde, dans l’un des secteurs les plus stratégiques de toute économie : le divertissement. Avant de devenir une société avec une capitalisation boursière qui dépasse plus de 164 milliards de dollars, et des intérêts dans le monde entier, Disney était l’idée d’un homme visionnaire qui a changé l’industrie du divertissement.

Avec de nombreux parcs à thèmes internationaux, un studio d’animation de classe mondiale, des dizaines de franchises commerciales et l’un des plus grands studios de cinéma au monde, Disney est devenu l’une des marques médiatiques les plus massives de tous les temps.

Ce portrait de l’entreprise couvre l’origine et l’évolution du titan de l’industrie du cinéma.

La Walt Disney Company et ses productions historiques

Des débuts marqués par des courts-métrages devenus cultes

La Walt Disney Company a été fondée en 1923 par Walter Elias Disney en tant que studio de dessins animés. La société a débuté le 16 octobre sous le nom de Disney Brothers Studios, une entreprise commune de Walt Disney et de son frère, Roy. Leur première production s’intitule les Alice Comedies, qui rencontre un fier succès, permettant aux deux frères d’installer leur studio à Hollywood sur Hyperion Avenue. Dès 1926, le studio change de nom pour Walt Disney Studios.

En 1927, c’est la création d’Oswald le lapin chanceux, mais tout ne se passe pas comme prévu et des problèmes de droits viennent émaillés ce succès pour l’entreprise.

C’est la création de Mickey Mouse en 1928 qui a véritablement tout changé, et notamment Steamboat Willie, un court-métrage animé qui synchronise son et dialogues, une prouesse. Après Mickey, Disney lancera de très nombreux autres personnages célèbres dans des courts-métrages devenus cultes, tels que Minnie Mouse, Donald DuckPluto ou encore Dingo, qui sont devenus la base d’une société qui s’est maintenant élargie bien au-delà de l’animation.

Autres courts métrages d’animation importants de l’histoire de la compagnie : les Silly Symphonies. Elles permettent à Walt Disney de tester de nouvelles possibilités scénaristiques mais aussi de nouvelles techniques dont la colorisation. Les Silly Symphonies sont une avancée extraordinaire pour l’époque.

La production de films d’animation

Le succès continue pour Walt Disney lorsqu’il se lance dans la production de films pour le cinéma. Son premier film en 1937, Blanche Neige et les Sept Nains, a valu à Walt Disney un Oscar d’Honneur en 1939, pour son innovation cinématographique. Le film a été un énorme filon, rapportant près de 1,5 million de dollars de revenus, malgré la crise économique.

D’autres films à succès ont suivi pour Disney, tous devenus de véritables classiques, notamment Pinocchio, Dumbo, Cendrillon, Peter Pan, La Belle au Bois Dormant, Fantasia, 101 Dalmatiens…

L’ambition de Walt était de révolutionner l’industrie du divertissement, et il a certainement atteint cet objectif. Il a rendu l’animation plus réaliste, a ajouté du son aux dessins animés et, malgré le coût, a réalisé des dessins animés en couleurs.

Des films en prise de vue réelle

Après l’animation, Walt Disney se lance également très tôt dans les films en prise de vue réelle. Le premier à sortir est L’Île au trésor, en 1950. L’entreprise adaptera dans les années suivantes d’autres classiques littéraires tel que Vingt Mille Lieues sous les mers (1954), ou des films tirés de personnages historiques comme Davy Crockett. Impossible de citer l’ensemble des films live à grands succès de la Walt Disney Company tant ils sont nombreux mais nous soulignerons la franchise La Coccinelle, Oz ou encore Mary Poppins.

Dans les années 2000, une franchise phare et indissociable de la Walt Disney Company a fait son apparition : Pirates des Caraïbes. Adaptée de l’attraction culte des parcs Disney, cette franchise désopilante a su conquérir le monde et assoir la réputation de Disney dans le domaine du live-action. Ont suivi d’autres productions cultes telles que Benjamin Gates ou encore Le Monde de Narnia.

Plus récemment, la Walt Disney Company s’est lancé dans les remakes de ses classiques d’animation, qui, malgré des critiques sur le manque d’originalité, rencontrent un succès fabuleux au box-office. Cendrillon, La Belle et La Bête, Alice au Pays des Merveilles et La Belle au Bois Dormant (enfin Maléfique) ont d’ores et déjà bénéficié de ce traitement mais les studios Walt Disney Pictures ont encore de nombreuses idées à réaliser dans les années à venir.

La Walt Disney Company et la télévision

Walt Disney est également devenu le premier producteur de films à introduire le divertissement sur les écrans de télévision. Il a commencé par y diffuser ses courts métrages d’animation. Puis cela a évolué avec par exemple l’émission « The Mickey Mouse Club » et les séries « Zorro » et « Davy Crockett ». La Walt Disney Company va jusqu’à créer ses propres chaînes : Disney Channel (1979), Toon Disney (1998) qui sera remplacée par Disney XD (2009), Playhouse Disney (1997) qui deviendra Disney Junior (2011)…

Des filiales partout dans le monde

Pour mieux gérer son entreprise partout dans le monde, la Walt Disney Company a créé des filiales, gérant chacune une région du monde. Nous pouvons ainsi citer The Walt Disney Company : France, Canada, Australia, Italia, Japan, India, Russia… Chacune s’occupe de la promotion des productions de la Walt Disney Company et s’occupe également de produire ses propres contenus dans les pays qu’elle représente.

L’acquisition de studios, une stratégie rentable

Depuis de très nombreuses années déjà, Disney ne se contente plus de faire uniquement des productions pour le cinéma et la télévision, et se met à racheter d’autres entreprises pour étoffer son catalogue. Cela commence notamment avec Miramax en 1993 (revendu depuis 2010) .

Dès le milieu des années 1990, la Walt Disney Company rachète le groupe ABC-ESPN, entité gigantesque de production télévisuelle aux États-Unis. On lui doit notamment des séries mondialement connues comme Grey’s Anatomy ou encore Lost : Les Disparus.

Le plus gros bouleversement s’est produit dans les années 2000 : Robert Iger, PDG de Walt Disney Company, a réussi à multiplier les revenus de son entreprise en pratiquant l’intégration horizontale : Disney a racheté ses concurrents pour créer de nouveaux contenus. La première étape, peu connue du grand public, est le rachat des droits des Muppets en 2004. Puis, c’est le studio Pixar qui passe sous la houlette de la Walt Disney Company en 2006. En 2009, Iger décide de s’approprier la franchise des super-héros Marvel puis rachète Lucasfilm en 2012, producteur studio de l’une des plus célèbres sagas de la planète, Star Wars, mais aussi notamment celle de l’archéologue Indiana Jones. Disney poursuit son développement en 2017, par l’achat du géant du cinéma 21st Century Fox, lui permettant d’obtenir la franchise des X-Men, celle des Avatar ou encore les droits de Percy Jackson.

C’est ainsi que le groupe a acquis un pouvoir incontesté sur l’industrie cinématographique et un catalogue gigantesque de productions.

La Walt Disney Company s’adapte à l’ère du numérique et du streaming

Le cinéma, la télévision. Il manquait une chose à la Walt Disney Company pour parfaire son empire dans le domaine des productions visuelles : une plateforme de streaming. En novembre 2019 (avril 2020 en France), l’entreprise a décidé de se lancer dans le streaming afin de concurrencer le leader du marché, Netflix, et ses séries originales dont tout le monde parle. Et même si la plateforme est toute jeune, on peut d’ores et déjà dire qu’elle rencontre un franc succès.

Sur Disney+, le nom de cette fameuse plateforme, les abonnés peuvent choisir de regarder le programme qu’ils désirent, au moment où ils le désirent. Films/séries/émissions de télé, Disney/Pixar/Marvel/Star Wars/National Geographic, le contenu gigantesque couvre un grand nombre de type de productions ainsi que de sujets et ne cesse de s’étendre avec des productions originales tous les vendredi.

Les collections, moyen unique de redécouvir les contenus de Disney +

Les collections, moyen unique de redécouvir les contenus de Disney +

On peut d’ores et déjà citer dans les productions originales incontournables la série Star Wars The Mandalorian, qui, à l’instar des séries originales Netflix, a conquis la planète, notamment grâce à l’adorable Bébé Yoda, ou encore la dernière saison d’une autre série Star Wars, animée cette fois, The Clone Wars, qui a permis à Disney d’obtenir le titre tant attendu de série la plus streamée en 2020.

Dans ce dossier, nous avons uniquement abordé le côté visuel des productions de la Walt Disney Company. Mais il est bien évident que cet empire a bénéficié des autres branches de sa marque, toutes aussi connues et appréciées (merchandising très vendeurs sortant pour chaque production, parcs d’attraction rappelant au public ses films préférés, croisières Disney pour une immersion totale…). La maison de Mickey est un empire qui est en perpétuelle évolution et elle n’a pas l’air d’être prête à céder sa place de maître du visuel à la concurrence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *