Quand on se balade le long des allées de Disneyland Paris, on reste émerveillé par le dépaysement et surtout par la facilité avec laquelle nous sommes immergés dans ces ambiances si différentes. Les univers sont bien distincts, mais cela fonctionne à chaque fois : je deviens un impitoyable cowboy au Far West à Frontierland, puis, 10 mètres plus loin, me voilà Indiana Jones au cœur des jungles les plus verdoyantes et pourtant les plus hostiles d’Adventureland. Soudain, je suis plongé(e) au cœur des contes qui m’ont vu grandir et me revoilà en enfance grâce à la magie de Fantasyland… Sans parler de Discoveryland et Main Street USA !

Ce sont les attractions, les décors, la musique qui participent à l’effet produit, me direz-vous. Mais pas seulement. Tout autour de vous, remarquez-vous ces palmiers exotiques ? Ces parterres de fleurs colorés ? Ces haies taillées géométriquement ?

Toute cette flore est un élément indispensable à la création d’atmosphères particulières. En effet, que seraient ces univers sans la nature à laquelle ils appartiennent ?! Et c’est un fait universel à travers tous les parcs Disney : la végétation mise en place doit servir à raconter une histoire. Mais qui dit nature, dit aussi animaux. Un véritable écosystème s’est effectivement mis en place au fil des années, les animaux s’étant installés et adaptés à cet environnement. Nous allons découvrir à travers cet article la place imposante que cet écosystème prend dans la vie quotidienne du resort

 flore et la faune à disneyland paris

offre sejour disneyland paris

Tout d’abord, quelques chiffres… Disneyland® Paris c’est …

– 155 hectares d’espaces verts ;

– 330 000 arbustes et buissons ;

– 5 443 m2 de massifs de fleurs ;

– 1 million de fleurs plantées chaque année ;

– 60 espèces d’insectes ;

– 15 variétés de papillons ;

 – 35 000 arbres de 15 espèces différentes ;

– 300 palmiers de chine et 20 000 pieds de bambou rien que dans Adventureland ;

– 50 sortes de fleurs sauvages et de plantes ;

– plus de 200 nids d’oiseaux disséminés sur tout le site ;

– 10 espèces de poissons introduites dans le Lac Disney ;

– 1 département horticulture composé de 130 cast members ;

– entre 500 000 et 1 million de fleurs remplacées à chaque changement de saison, en seulement 4 à 5 nuits ;

– 45 000 arroseurs automatiques dispersés sur tout le site et reliés par 6 000 km de canalisations.

Décos spring-28Fev2015 (109)

À chaque land sa particularité

Comme nous l’avons dit, chaque partie du Disneyland Park propose sa propre thématisation, à laquelle participe la végétation.

Central Plaza, à Main Street USA, est l’endroit le plus dégradé par les visiteurs, qui envahissent notamment les pelouses et les parterres de fleurs lors du spectacle Disney Dreams ! et de la parade. C’est l’une des parties végétales qui demandent le plus de soin en termes d’entretien et de réhabilitation. De plus, les pelouses en pente du château représentent à elles seules un travail conséquent puisque leur tonte demande environ 3h de travail par jour.

À Fantasyland, c’est le célèbre labyrinthe d’Alice (Alice’s Curious Labyrinth) et sa longue haie de 2,5km qui exige toute l’attention de l’équipe horticulture : huit jardiniers travaillant pendant deux semaines sont nécessaires pour tailler l’entièreté de l’œuvre. Toujours dans le labyrinthe, le dessin représentant la tête du Chat de Cheshire est composé de milliers de fleurs remplacées deux fois par an, en une nuit seulement, par une équipe de huit cast members. Ce land présente aussi également de nombreuses topiaires, dont les rameaux doivent être orientés les premières années vers la forme finale qu’ils prendront, et qui demandent entre quatre et cinq interventions par an pour conserver l’image nette de ce qu’elles représentent.

Pour représenter le Far West et son décor aride à Frontierland, il a également fallu adapter le choix du décor végétal. Nous y retrouvons donc des plantes et arbres originaires du bassin méditerranéen, qui permettent, par leur faible hauteur, de conférer un aspect décharné au land, mais surtout qui s’adaptent parfaitement au climat de la région parisienne. Aux alentours de Phantom Manor, toute la végétation est pensée pour retranscrire la peur : diverses espèces de ronces, des arbres à forme pleureuse, et lors de la belle saison, les jardiniers laissent même volontairement les mauvaises herbes, pour renforcer l’ambiance vétuste et effrayante du manoir.

Pour immerger le visiteur dans des contrées lointaines, Adventureland présente une végétation foisonnante. Nous y retrouvons de nombreux palmiers et plantes exotiques, qui ont été choisis avec soin pour pouvoir résister à des conditions climatiques et des intempéries parfois rudes. Certaines espèces peuvent ainsi survivre à des températures allant au-dessous de 18 degrés. Mais pour donner un coup de pouce à cette végétation venue de pays plus chauds et s’assurer une meilleure acclimatation, des buttes élevées ont été créées tout autour du land pour protéger ces espaces des vents froids, leur permettant de gagner ainsi deux à trois degrés par rapport au parking à l’extérieur du Disneyland Park.

  flore et la faune à disneyland paris hiver

Afin de lui donner un caractère futuriste, la végétation de Discoveryland est géométrique et structurée, pour ainsi représenter l’image d’un monde totalement contrôlé par l’être humain. Par ailleurs, nous pouvons remarquer que les plantes aux alentours de Space Mountain se colorisent dans les tons rouges, pour rappeler le feu, les étoiles, les planètes, dans le respect de la thématique de l’attraction.

Mais peu importe dans quelle partie du Disneyland Park nous nous trouvons, l’équipe horticulture doit veiller à ce que la végétation crée une atmosphère sans pour autant occuper tout l’espace visuel. Autrement dit, il est nécessaire que les jardiniers et les arboristes conservent une part de transparence dans la végétation, pour que les visiteurs voient facilement les décors, les attractions, les boutiques et les restaurants. Tout cela est étudié scrupuleusement, afin de rendre l’expérience naturelle et compréhensible.

L’organisation

Pour gérer la faune et la flore du resort, l’équipe horticulture s’est subdivisée en quatre parties, en fonction de sa spécialité :

– Premièrement, les arboristes, qui gèrent, comme leur nom l’indique, les arbres de tout le site.

– Deuxièmement, l’équipe phytosanitaire, qui s’occupe de la santé des végétaux et de leur survie.

– Troisièmement, l’équipe faune sauvage, qui prend soin des animaux présents.

– Quatrièmement, l’équipe art floral qui crée les décorations à base de fleurs souvent présentes dans les hôtels et les restaurants.

La plupart des techniques d’entretien sont informatisées et gérées directement à distance. Ceci permet, lorsqu’il y a quelconque problème, que ce soit de courant, de cassure ou de panne, d’arrêter automatiquement l’appareil défectueux afin d’écarter le danger pour les visiteurs ou encore une aggravation de la situation.
 flore et la faune à disneyland paris tea cups

Un engagement réel

La protection de l’environnement est essentielle pour la Walt Disney Company, qui perpétue ainsi la philosophie en la matière de son créateur, M. Walt Disney. Celui-ci mettait effectivement un point d’honneur à démontrer l’importance du respect de la nature. Il a notamment produit, entre 1948 et 1960, plusieurs documentaires destinés à montrer à la fois la majesté et la fragilité de la nature, que ce soit dans la froideur de l’Alaska avec L’île aux phoques ou dans les paysages arides de l’Amérique avec Le Désert vivant. Cette tradition est d’ailleurs toujours honorée, avec la réalisation de plusieurs documentaires animaliers sous le label Disneynature, tels que Félins en 2011 ou Chimpanzés en 2012 et d’autres.

La Walt Disney Company s’engage ainsi dans la protection de la nature à travers plusieurs actions, que ce soit des partenariats avec des organismes environnementaux ou encore la création de programmes déterminant les objectifs à atteindre, comme le programme « Disney Earth Day », créé en 2008, et qui présente chaque année aux cast members les actions mises en place par la société-mère pour la préservation de l’environnement et la manière dont ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Pour plus d’informations sur l’ensemble des initiatives de la Walt Disney Company, le site officiel de Disneyland Paris a mis en ligne le Rapport sur la Protection de l’Environnement (uniquement disponible en anglais).

Disney Earth Day

Disneyland Paris mène aussi ses actions afin de respecter cet engagement. Nous pouvons le constater nous-mêmes en nous baladant dans les parcs, avec entre autres la mise en place de poubelles de tri sélectif, le remplacement de certains éclairages par un système LED à faible consommation, les voitures hybrides d’Autopia, ou encore l’avertissement contre le gaspillage alimentaire dans certains restaurants-buffets. En coulisse également, les actions se multiplient : recyclage des tickets FastPass, production de sacs plastiques à partir de 80% de matières recyclées, et ouverture d’une station d’épuration permettant d’arroser tous les espaces verts. D’une manière générale, l’équipe horticulture a abandonné les produits chimiques au profit de traitements naturels et biologiques. Grâce à son implication dans la protection de l’environnement et à la mise en œuvre de méthodes innovantes, Disneyland Paris a été choisi par divers instituts de recherche, comme l’Université de Rennes par exemple, pour expérimenter de nouvelles pratiques biologiques.

La stratégie environnementale de Disneyland Paris repose par ailleurs sur trois engagements : celui du resort d’assurer la réduction de l’impact de ses activités sur l’environnement, celui des cast members, qui se doivent de respecter la philosophie Disney, et enfin celui des visiteurs, en leur présentant les valeurs de la Walt Disney Company et en les incitant à adopter un comportement plus responsable.

Les animaux

L’équipe faune sauvage que nous avons citée précédemment s’occupe essentiellement de l’écosystème du site, et cela concerne aussi bien la faune existant avant sa construction que celle s’étant développée depuis sa création. Pour ce faire, de nombreux moyens sont mis en œuvre afin d’assurer la survie des espèces, essentiellement aux alentours du Davy Crockett Ranch, avec notamment l’installation de ruches et la production de miel, la restauration d’une mare forestière, ou encore la réalisation d’un nichoir à chouette.

L’hortitour

Si vous voulez connaître tous les secrets de la flore de Disneyland Paris, le Disneyland Park propose une visite guidée spécialement sur ce thème, l’Hortitour. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page de notre article sur le sujet ! (https://radiodisneyclub.fr/hortitour-disneyland-paris/)

 flore et la faune à disneyland paris

La sécurité féline, c’est à Disneyland Resort en Californie, tous les soirs après la fermeture plus de 200 chats seraient lâchés dans le parc pour aider à garder la population de rongeurs sous contrôle, c’est une information vérifié.

Des chats à Disneyland Resort

Une rumeur veut que ces pratiques remontent à 1957, un jour lors de la réhabilitation du Château de la Belle au Bois Dormant à Disneyland, des techniciens auraient trouvé plus de 100 chats errants. Après de vaines tentatives pour les emmener hors du parc, Disney a décidé de garder les chats pour lutter contre les rongeurs. Il faut savoir qu’à Disneyland Paris un service spécial existe pour s’occuper des animaux le service « Faune sauvage » . Aujourd’hui, ces chats ont une belle vie, ils passent la journée dans une des 5 maisons à chats ( bien cachées) spécialement adaptées pour eux. On peut les apercevoir pendant l’attraction Jungle Cruise dans le parc Disneyland à Anaheim  l’attraction qui est ouverte depuis le 17 juillet 1955.

Découvrez notre point info sur l’attraction Ratatouille : https://radiodisneyclub.fr/ratatouille-dossier-presse/