EuroDisney : revenu record d’un milliard de dollars grâce à La Reine des Neiges et Star Wars

Publié par Florian Mihu le 19 août 2015 | Maj le 20 mai 2017

Alors que le groupe exploitant européen de Mickey s’est félicité de la hausse de ses chiffres pour le trimestre printanier (augmentation de 5 % dans ses parcs et 3 % dans ses Hôtels), son revenu étalé sur les neuf derniers mois, soit depuis le début de l’exercice fiscal de l’année 2015 (l’année 2014 se terminant le 30 septembre 2014) affiche un chiffre record d’un milliard de dollars de recettes (soit 951,3 millions d’euros contre 872,8 sur la même période sur l’exercice précédent).

Décos spring-28Fev2015 (157)

EuroDisney la clé du succès

Nul doute que le renouveau des saisons d’Halloween, de Noël et du Printemps, mais aussi et surtout le lancement prodigieux des nouveautés estivales avec les deux franchises européennes en vogue (La Fête Givrée pour La Reine des Neiges et la Jedi Training Academy pour Star Wars pour ne pas les citer) n’y sont pas pour rien ! Insufflés par le nouveau Président-Directeur Général de la société d’exploitation française nommé officiellement en septembre 2014, Tom Wolber, ces défis s’inscrivent comme une véritable mission pour accoucher d’un 25ème anniversaire exceptionnel. Ces recettes sont le résultat du coup de maître de la recapitalisation (dont la reprise majoritaire du capital par la maison-mère The Walt Disney Company), de la poursuite et l’intensification des rénovations et de la redynamisation du Resort.

d23 25 disneyland paris

Un petit record depuis 1992 pour Disneyland

Ce palier symbolique est un record sur neuf mois depuis l’ouverture du Parc en 1992. Ce chiffre d’affaires, le plus élevé jamais enregistré, traduit également une progression de 9 % sur la même période, une croissante jamais atteinte depuis 2008, année succédant au 15ème anniversaire. Les résultats d’Euro Disney SCA sont également la résultante de la reprise de l’activité touristique : la dépense par visiteur à la hausse et l’augmentation significative des tarifs en avril dernier. Enfin, revenons sur les nouveautés lancées cet été : La Reine des Neiges, mise à l’honneur dans le spectacle musical et interactif Chantons La Reine des Neiges avec l’ensemble des personnages du film d’animation présents sur scène, et les dépenses qui s’en suivent sur la Place du Marché aux Couleurs d’Arendelle, ayant attiré significativement les foules de tous pays.

elsa Chantons La Reine des Neiges

Le long-métrage animé le plus rentable de l’histoire du cinéma (1,3 milliard de dollars) est la licence par excellence sur laquelle Disneyland Paris espère capitaliser un maximum sur les 10 prochaines années au moins. La mise à jour estivale du spectacle nocturne Disney Dreams! avec le rajout du segment dédié au film risque fortement d’être maintenue après le 13 septembre prochain, date effective de clôture de la saison étendue givrée. La Reine des Neiges est encore plus présente dans le nouveau spectacle nocturne Disney Illuminations, mis en place pour les 25 ans de Disneyland Paris. Enfin, peut-être qu’un sursaut a attiré davantage de monde vers la nouveauté de 2014, le dernier fruit de Philippe Gas, Ratatouille : L’Aventure Totalement Toquée de Rémy, que lors de son ouverture…

press-event-frozen-summer-disneyland-paris-51

L’action augmente à la bourse

Rappelons qu’Euro Disney est côté à la Bourse d’EuroNext Paris. Ses performances économiques actuelles lui permettent ainsi de revaloriser le prix de son action. Ce dernier a augmenté ainsi de 28,1 % jusqu’à présent cette année (à l’heure où nous éditons cet article) pour clôturer, mardi 18 août 2015, à $1,54 (soit 1,39 €). Cette réévaluation marque la fin de deux années calamiteuses de baisse. Le prix de l’action avait terminé, à la fin des années 2013 et 2014, plus bas qu’au montant de démarrage le premier jour de bourse de chaque année.

Reste à voir désormais si l’aiguille des bénéfices du groupe restera dans le vert puisque l’annonce du troisième trimestre de l’exercice 2015 ne révèle pas le chiffre final. En effet, cette augmentation du chiffre d’affaires du Groupe se voit compensée par une hausse des charges d’exploitation par rapport à la même période sur l’exercice précédent (hausse des volumes des activités touristiques ainsi que coûts liés à l’amélioration de l’expérience proposée aux visiteurs et à l’augmentation des salaires), nous révèle le dernier communiqué en date : Revenus avant Intérêts, Impôts, Dépréciation et Amortissement (EBITDA) –> une perte engrangée de 25,3 millions de dollars l’an passé (23,1 millions d’euros).

euronext-espere-lever-jusqu-a-1-16-milliard-d-euros-avec-son-ipo

On ignore si le chiffre de ce fameux EBITDA (BAIIDA en français) perturbera plus ou moins la santé financière du groupe cette année. Ce qui est sûr, c’est qu’il sera normalement modifié du fait de la résiliation d’un bail commercial portant sur la location d’espaces professionnels à Disney France (Disney Channel France) au Parc Walt Disney Studios (en revanche, la perte d’un revenu de loyer est également à noter dans ce cas), soit un gain « pur cash » supplémentaire. En revanche, du fait des hausses de charge, notamment dues aux rénovations pour améliorer l’Expérience du Visiteur, ce gain sera compensé… Pas une mince affaire donc quand on connait un tant soit peu la structure tentaculaire du complexe financier !

Alors qu’EuroDisney SCA, la filiale française qui exploite les parcs à thèmes de Disneyland Paris, était endettée et peinait depuis plusieurs années à garder la tête hors de l’eau, la publication de résultats positifs sur la période trimestrielle d’avril à juin 2015 s’avère porteuse de bonnes nouvelles… Enfin, un bon début !

EuroDisney : une hausse de croissance longtemps attendue

Avec des hausses de +5 % de dépenses dans les parcs et +3 % de dépenses dans les hôtels (10 000 nuitées de plus), le chiffre d’affaire du parc augmente de 6 % au total, soit 20 millions d’euros supplémentaires de gagnés comparé à la fin de l’exercice trimestriel précédent (360 millions d’euros en 2015, contre 340 millions d’euros en 2014 pour EuroDisney).

On peut dire que l’injection de capitaux de la part du groupe Disney (qui possède désormais 40 % des parts) commence à porter ses fruits.

Avec la réhabilitation de son parc hôtelier, la création d’un « mini-land » pour l’attraction Ratatouille, en 2014 (une exclusivité du parc français), le parc redore son blason auprès des touristes qui sont plus enclin à dépenser. Le climat économique européen se portant mieux ces derniers mois, il n’est pas exclu que cette donnée aide également le parc à retrouver des visiteurs moins regardant sur la dépense une fois dans le parc.

ratatouille de nuit à Disneyland paris

Les nouvelles saisons de Disneyland Paris

Avec la Fête Givrée qui rencontre un franc succès et les bonnes conditions météorologiques cette saison, il y a fort à parier que le prochain trimestre finisse également en beauté et devrait prolonger le bail d’Anna et Elsa au sein de Frontierland avec le spectacle Chantons la Reine des Neiges.

EuroDisney a bien compris que l’amélioration de l’expérience visiteur était la clé de la réussite, d’ailleurs les travaux de rénovations n’en sont qu’à leurs balbutiements avec récemment la rénovation de Space Mountain Mission 2 (devenu depuis une attraction Star Wars : Hyperspace Mountain) à Videopolis, actuellement It’s small world, et bien d’autres encore à venir.

space mountain à EuroDisney

De plus, l’annonce des futures mises à jour de certaines attractions (comme Pirates of Caribbean et Star Tour) en vue du 25ème anniversaire de Disneyland Paris réconciliera les visiteurs de longue date ayant délaissé le parc ces dernières années faute de nouveautés ou à cause du manque d’entretien du parc.

La suite début octobre afin de connaître les résultats du trimestre estival (de juillet à septembre).

EuroDisney : revenu record d’un milliard de dollars grâce à La Reine des Neiges et Star Wars
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *