Déterminer le succès d’un film avant sa sortie ? C’est possible grâce à Disney Research !

Publié par Chloé Akhbari le 24 août 2017 | Maj le 24 août 2017

Le succès monstrueux du live-action La Belle et la Bête et les futurs projets tout aussi ambitieux de Disney lui promettent encore de belles années à venir. Mais comment être sûr que les prochains films qui sortiront sur grand écran seront couronnés de succès ? Comment éviter un échec commercial ? Impossible de le savoir à l’avance, me direz-vous. Mais impossible n’est pas Disney ! Les équipes de Disney Research auraient mis au point un système (infaillible ?) pour déterminer si un film plaira au public ou non.

Les réactions des spectateurs analysées via un algorithme

Les chercheurs de Disney Research ont affirmé, par le biais d’une étude publiée courant juillet 2017, qu’ils auraient mis au point un algorithme permettant d’étudier les réactions du public. Un sourire, un rire, les sourcils froncés, un signe d’agacement… Chaque émotion serait identifiée et analysée pour permettre ensuite de faire d’éventuelles modifications sur un film. Les expressions faciales sont donc au centre de cet algorithme.

Pour pouvoir sonder les spectateurs de cette manière, une expérience a été menée de 2015 à 2016 sur plus de 3000 volontaires. Ces derniers ont pu assister à la projection de nombreux films, parmi lesquels Zootopie ou bien Le Livre de la Jungle. Au cours des séances, des caméras et des éclairages infrarouges enregistraient les réactions des spectateurs. S’en est suivie une analyse de toutes les expressions faciales sur les dix premières minutes d’un film. Grâce à ces données, l’algorithme en question pouvait prédire quelles seraient les réactions du public pour le reste de la projection. Disney Research semble avoir trouvé là un moyen de déterminer le succès (ou non) d’un film.

algorythme succès

Un technique permettant un succès assuré ?

Le but de l’équipe de Disney Research est ici très simple : réussir à déterminer si le film projeté sera un succès ou, au contraire, un échec cuisant. L’idée serait donc de présenter un film tout juste terminé à un panel de spectateurs et, en fonction des réactions de ces derniers, d’effectuer des modifications avant la diffusion du long-métrage dans les salles obscures.

Les chercheurs estiment que cet algorithme est plus fiable que les sondages par écrit et que, par conséquent, il s’agit là de la meilleure manière de prévoir le succès d’un film. Cette technique avait plus ou moins été reprise par Steven Spielberg lors d’une projection du célèbre E.T l’Extraterrestre : aucune formule mathématique n’entrait alors en jeu, mais le réalisateur avait tenu compte des réactions des spectateurs pour modifier la fin de son film. A l’origine, E.T mourrait à la fin du long-métrage. Mais cette scène ne convenant pas au public sondé, Spielberg l’avait modifiée pour permettre finalement au petit extraterrestre de retourner sur sa planète.

Mais ce nouvel algorithme est-il infaillible ? Seul l’avenir le dira…

Déterminer le succès d’un film avant sa sortie ? C’est possible grâce à Disney Research !
Noter cet article

1 commentaires sur "Déterminer le succès d’un film avant sa sortie ? C’est possible grâce à Disney Research !"

  1. SZA

    Inutile, car une fois le film fini, le budget a été dépensé donc s’il est mauvais, il ne vont puls le sortir ?
    Ensuite n’importe quoi peut jouer en sa défaveur, les acteurs, la mauvaise période, le scénario ou maintenant les réseaux sociaux ! le dernier Pirates des Caraïbes est une preuve, c’est un échec commercial.
    Quel est le succès ? Succès = bonne critique, = pleins d’argent = quoi ? On ne sait sur quoi est basé le succès chez Disney même s’il l’on se doute que ce sont les recettes en tête de liste.
    Moi je peux prédire pareil, les films d’animation remaniés à la sauce films en prise de vue réelles sont déjà un manque d’imagination et de créativité, tout comme les 150 films du catalogue Marvel à venir. Nul ! Heureusement que l’animation existe ailleurs. JAMAIS ils ne feront des choses aussi créatives et riches que les Japonais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *