The Walt Disney Company : bilan fiscal du deuxième trimestre 2016

Publié par Victoria Richard le 15 mai 2016 | Maj le 4 juin 2017

Il y a quelques jours, The Walt Disney Company a dévoilé les résultats de son deuxième trimestre sur l’exercice fiscal 2016. Malgré une hausse de 2 % des bénéfices nets (2,1 milliards de dollars) et des chiffres relativement stables, le bilan s’avère néanmoins en-dessous des attentes du groupe. Par exemple, le bénéfice net par action est de 1,36 milliards (il a grimpé de 11 %) alors que le groupe prévoyait 1,40 milliards.

Les ventes globales représentent, quant à elles, 13 milliards de dollars alors que l’attente était de 13,2 milliards de dollars. Ces résultats ont eu malgré tout des conséquences plutôt négatives, puisque l’action Disney a chuté immédiatement de 5,6 % suite à la publication de ces chiffres.

La fin de Disney Infinity

Suite à une baisse importante de son chiffre d’affaire, The Walt Disney Company a annoncé la fermeture de son unité de jeux Avalanche Software, après 25 ans d’existence. Cette unité dépendait de la division Disney Interactive. Avalanche Software a développé plusieurs jeux depuis son rachat par Disney mais surtout la franchise vidéo-ludique Disney Infinity. La fermeture de cette unité représente pour le groupe un coût de 147 millions de dollars. Néanmoins, le groupe a décidé de passer exclusivement à un modèle de vente de licences. Kingdom Hearts chez Square Enix ou Star Wars Battlefront chez EA ont de beaux jours devant eux.

personnage-disney-infinity-720x479

Disney et l’audiovisuel

Les résultats du secteur médias pour ce trimestre sont stable avec 5,8 milliards de dollars de revenus et le bénéfice d’exploitation du secteur a même augmenté de 9 % (2,3 milliards de dollars). Cependant, le chiffre d’affaires a légèrement reculé de 0,3 % (5,8 milliards de dollars). Les chaînes câblées comme ESPN (chaîne sportive), ABC ou encore Disney Channel affichent, quant à elles, le plus net recul : 2 % (3,96 milliards de dollars de recettes). La chaîne ESPN est celle qui rencontre le plus de difficultés à fidéliser ses clients.
Certains programmes n’ont pas été reconduits cette année suite à un faible taux d’audience et à une forte baisse des revenus publicitaires.

ob_417b0d_abc30

Le bénéfice d’exploitation de ces chaînes a chuté de 8 % (278 millions de dollars) en raison de la hausse des coûts de programmation et de commercialisation de certains programmes vendus plus chers. La diminution du nombre d’abonnés peut aussi s’expliquer par le fait que les tarifs des abonnements ont augmenté à cause de taux contractuels plus élevés et que de plus en plus de jeunes se tournent vers le streaming. Enfin, la récupération de la chaîne H2 par le groupe Viceland, qui est en pleine phase de démarrage, a eu un impact négatif.

Walt Disney Studio

Des records cinématographiques sans précédent !

La branche cinéma de The Walt Disney Company est en très bonne santé puisqu’elle représente 44 % des ventes du groupe grâce au dernier volet de Star Wars : Le Réveil de la Force et au long-métrage d’animation des Walt Disney Animation Studios Zootopie. Ces deux films permettent à Disney de rester leader au box-office depuis des mois. Le chiffre réalisé par le groupe a ainsi bondi de 22 % ce trimestre (2,06 milliards de dollars) et le bénéfice d’exploitation a lui aussi augmenté de 27 % (542 millions de dollars). Star Wars : Le Réveil de la Force est devenu le plus grand succès américain de tous les temps en devançant Avatar de James Cameron, et Zootopie a totalisé près de 74 millions de dollars dès sa première semaine de diffusion. Il cumule actuellement presque un milliard de recettes. Les films sortis l’année dernière à cette même période, Les Nouveaux Héros et Into the Woods : Promenons-Nous Dans les Bois par exemple, n’avaient pas rencontré le même succès auprès du public.

Enfin, les films Disney ont été davantage distribués dans les salles de cinéma et à la télévision à l’international durant ce trimestre.

Star Wars Reveil Force Effets Speciaux 14

Walt Disney Parks & Resorts

La branche regroupant les activités touristiques (parcs, croisières, hôtels) du groupe se porte bien, elle aussi, puisque son chiffre d’affaire affiche une hausse de 4 % (3,93 milliards de dollars) et son bénéfice d’exploitation a augmenté de 10 % (624 millions de dollars). Les recettes sont moins importantes que les années précédentes mais le développement de nouveaux espaces de restauration et de vente de produits dérivés a eu un impact très positif. Cette augmentation est due aussi à une hausse générale des tarifs pour les frais de main d’œuvre et les coûts plus élevés de l’amortissement de nouvelles attractions.

La hausse du chiffre d’affaires s’explique aussi par le fait que la fréquentation des parcs est en général plus importante au printemps (retour de la belle saison, nouveaux spectacles, vacances de Pâques). Les hôtels affichent un taux de remplissage très satisfaisant (88 %) et le groupe a constaté une hausse globale des dépenses des clients de 5 %.

Aux Etats-Unis, la fréquentation des parcs est assez calme avec une légère baisse à Walt Disney World Resort en Floride, compensée par une augmentation de la fréquentation à Disneyland Resort en Californie.

disneyland resort diamond

Le groupe doit faire face cette année à des frais plus élevés, dus notamment à l’ouverture prochaine parc à Shanghai (Shanghai Disney Resort), au développement de nouvelles expériences basées sur l’univers Star Wars, Toy Story, La Reine des Neiges, et une hausse des frais d’exploitation de Disneyland Paris, compensés néanmoins par l’augmentation des dépenses d’une partie de la clientèle (T2 d’Euro Disney SCA).

En bref, si The Walt Disney Company affiche des résultats plutôt décevants par rapport aux attentes, le groupe peut compter sur les records cinématographiques récents et une fréquentation de ces parcs toujours plus accrue qui contrebalancent avec la baisse du secteur des médias. 

The Walt Disney Company : bilan fiscal du deuxième trimestre 2016
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *